Toxines et perturbateurs endocriniens : dangers pour la fertilité!

Afin de concevoir de façon naturelle et surtout lorsqu'on doit avoir recours aux techniques de procréation médicalement assistée, il est important de faire tout ce qu'il est possible afin d’optimiser ses chances de réussite grâce à des gestes simples.

De nombreuses études ont déjà démontré les effets néfastes des fameux perturbateurs endocriniens sur la fertilité. Ces substances agissent sur le système endocrinien, soit sur l’ensemble des organes produisant les hormones de notre corps. Or, lorsque l’on veut concevoir, et même bien avant, il est important de mettre tout en œuvre pour protéger les hormones qui jouent et joueront un rôle primordial dans le processus de conception et plus tard, dans la grossesse. Ainsi, éviter les substances reconnues comme étant dangereuses pour le système reproducteur doit devenir une de vos priorités !

maFIV, votre Coach FIV qui vous accompagne dans vos démarches de FIV et FIVDO est actuellement en train de préparer un cahier complet sur le sujet afin de vous aider à réduire l'impact des perturbateurs endocriniens sur votre fertilité et vous permettre d'augmenter vos chance de succès. Inscrivez-vous à notre newsletter afin d'être mis au courant de la sortie de ce document spécial!

Mais pour commencer, voilà quels sont les mesfaits exacts des perturbateurs endocriniens sur votre fertilité.

Perturbateurs endocriniens (PE) et fertilité

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques que l’on retrouve dans les objets du quotidien tels que les contenants en plastique (bouteille d’eau, boîtes alimentaires, emballages, jouets, etc.), les tickets de caisse, les produits ménagers (lessive, nettoyants, etc.) ou encore les produits de beauté (parfums, crème pour le corps, crème solaire, maquillage, etc.). On les retrouve en petite quantité dans tous ces objets et bien d’autres encore, ce qui fait qu’ils sont omniprésents. Ceci est le premier danger des PE : ils sont partout et tout le temps !

Le second danger des PE est qu’il en existe de plusieurs sortes. A ce jour, aucune liste exhaustive regroupant tous les PE n’a été établie. Les études sont toujours en cours afin de découvrir les réels effets de ces substances et toutes les substances n’ont pas encore été étudiées. Néanmoins, plusieurs PE ont été identifiés comme étant dangereux pour la santé et en particulier pour la fertilité. Ainsi, malgré leur faible quantité dans les objets du quotidien, leur combinaison produit un « cocktail » détonnant. Souvent plusieurs PE se retrouvent dans un même produit ou objet, ce qui inquiète d’autant plus les chercheur-ses. Personne ne connaît encore l’effet combiné de tous ces PE... Difficile encore de l’affirmer, néanmoins certaines études tendent à montrer que lorsqu’ils sont présents en même temps, leurs effets néfastes sont décuplés (étude parue en 2017 dans laquelle les chercheur-ses alerte sur l’effet cocktail des PE)

BPA et phtalates : les principaux dangers pour la fertilité

Lorsque l’on souhaite concevoir, il est possible d’identifier au moins deux PE dont les effets néfastes sur la qualité des ovocytes ont été reconnus. Rebecca Fett, biochimiste et auteure du livre It starts with the egg ("Tout commence par l'ovocyte en français ", nouvelle édition 2018) met en évidence le BPA (bisphénol-A) et les phtalates comme les deux plus grands dangers pour votre fertilité.

Malheureusement, le BPA et les phthalates ne sont de loin pas les seuls PE nocifs pour la fertilité. Nous allons développer ce sujet dans notre cahier spécial afin de vous aider à les identifier au mieux. Inscrivez-vous à notre newsletter afin d'être mis au courant de la sortie de ce document spécial!

De quelle manière le BPA interfère sur la fertilité ?BPA

De façon pérenne et en quantité conséquente, le BPA peut interférer avec l’activité des estrogènes, de la testostérone et de l’hormone thyroïdienne. Une première étude menée en 1998 a montré la sérieuse augmentation du nombre de chromosomes anormaux dans les ovocytes de souris (Pubmed Avril 2003). Cette augmentation a été imputée au BPA après de nouvelles recherches approfondies.

En ce qui concerne l’espèce humaine, des études ont montré que les femmes effectuant des FIV avaient moins d’embryons transférables lorsqu’elles avaient des niveaux élevés de BPA dans leur corps. Elles avaient donc moins de chances de tomber enceinte. Mais ce n’est pas tout, d’autres recherches ont aussi montré l’impact néfaste du BPA sur le niveau d’œstrogène (les œstrogènes sont des hormones qui ont pour fonction, entre autres, de réguler le cycle menstruel des femmes) lorsque ce premier était élevé. De plus, ces recherches ont aussi présenté des liens entre de plus grandes difficultés d’implantation des embryons et le taux de BPA.

Enfin, le BPA est également soupçonné d’augmenter les risques de fausses couches. Une étude menée en 2015 (Pubmed, août 2005) a montré que les femmes ayant un taux supérieur de BPA avaient deux fois plus de chances de faire une fausse couche que les femmes ayant un taux bien inférieur. En sachant que les fausses couches sont généralement dues à des anormalités chromosomiques, et en rappelant l’étude menée en 1998 sur des souris, il est facile de faire un lien entre BPA et fausses couches. Plus précisément, on sait désormais que le BPA interfère avec le processus chromosomique lorsque l’ovocyte se développe. Rappelons qu’un ovocyte qui n’a pas le bon nombre de chromosomes ne pourra pas donner une grossesse d’un enfant en bonne santé (voir la qualité de l'ovocyte). Mais ce n’est pas tout ! Il a été également démontré que les femmes dont le fœtus avait un nombre de chromosome normal (46) risquaient également plus de faire plus une fausse couche lorsque du BPA était détecté en grande quantité[vi]. Le BPA agit donc également sur le système immunitaire.

Heureusement, des solutions faciles existent afin de diminuer votre exposition au BPA. Et il suffit d’une petite diminution de votre exposition au BPA pour faire une grosse différence sur votre fertilité (Pubmed, juillet 2011)!

Voici une liste non exhaustive des gestes simples que vous pouvez adopter pour un mode de vie plus sain :

  • Diminuez votre exposition au plastique en évitant les bouteilles d’eau et les boîtes alimentaires en plastique  
  • Préparez le plus possible vos repas vous-même avec des ingrédients frais, non transformés et si possible bio (attention aux labels qui peuvent être parfois trompeurs), de saison et locaux
  • Privilégiez des produits d’entretien du ménage éco-responsables et d’origine naturelle et biologique (attention aux appellations trompeuses - "greenwashing")
  • Privilégiez des cosmétiques certifiés bio et ou éco-responsables (attention aux appellations trompeuses - "greenwashing")

De quelle manière les phtalates interfèrent sur la fertilité ?

Les phtalates sont des PE dont on connaît déjà bien les effets délétères sur la fertilité. Néanmoins, il est terrible de constater qu’ils restent très présents dans de nombreux produits de notre quotidien ! En particulier, les éléments suivants contiennent des phtalates : les plastiques, les produits de nettoyage, les soins des ongles, les parfums et autres lotions parfumées. Heureusement, tout comme le BPA, ils peuvent être évités simplement et de façon efficace.

Les phtalates ont été reconnus comme causant du stress oxydatif à différencier du stress psychologique également néfaste pour la fertilité (voir Le stress, la santé mentale et la FIV). Les stress oxydatif impacte le développement des ovocytes et peut donc conduire à l’infertilité. En outre, les phtalates sont soupçonnés d’augmenter les risques d’endométriose, maladie qui affecte souvent la fertilité.
Tout comme pour le BPA, des liens entre fausses couches et phtalates ont été établis ce qui n’est pas étonnant puisque la qualité des ovocytes est la première cause de fausse couche. Tel que le souligne Rebecca Fett (2018), ces découvertes peuvent être alarmantes et angoissantes. Néanmoins, elles peuvent aussi constituer une bonne nouvelle, puisqu’il suffit de changer quelques habitudes afin d’éviter une grande part des produits toxiques. Adopter quelques gestes simples peut suffire !

Voici donc quelques conseils pour éviter les phtalates. Etrangement (ou non), plusieurs conseils se recoupent avec ceux du BPA. Ainsi en changeant quelques-unes de ses « mauvaises » habitudes, vous pouvez agir sur plusieurs facteurs altérant votre fertilité ! Gourde inox

Préparez soi-même ses repas avec des ingrédients frais et non transformés et privilégiez des produits biologiques

Evitez les contenants en plastique en tous genres et privilégiez des matières comme le verre ou l’inox

Privilégiez des produits cosmétiques biologiques qui utilisent des parfums d’origine naturelle et évitez les substances de synthèse, comme les parfums conventionnels

Se tourner vers des produits avec des compositions plus simples, plus naturelles et moins toxiques a également l’avantage de vous éviter une exposition aux autres substances chimiques problématiques (parabens entre autres). En effet, les marques qui font attention au BPA ou aux phtalates sont également susceptibles de se méfier d’autres substances douteuses. Ainsi, les bénéfices se feront ressentir sur votre hygiène de vie, votre bien-être, votre santé et surtout sur votre fertilité !

N’oublions pas que la finalité de tout cela est la grossesse et la naissance d’un bébé en bonne santé. Tous les petits pas que vous ferez en faveur de votre fertilité seront ceux dont bénéficierons votre futur enfant !

Pour aller plus loin, le reportage « Demain tous crétins » sorti en 2017 aborde la question des perturbateurs endocriniens sous différents angles comme la forte hausse de l’autisme ou la perte des points de QI. Ce reportage met en exergue les problèmes auxquels les femmes enceintes peuvent être confrontées lorsqu’elles sont en contact avec certains PE.

Voici le lien du site internet du film https://www.demaintouscretins.com/ et le documentaire ci-dessous: