FIV à l’étranger

Tel que l'expliquait La Tribune de Genève en mars 2017, de plus en plus de Suisse se tournent vers la FIV à l'étranger.

Tarifs plus abordables, accessibilité aux techniques les plus récentes et taux de réussites plus élevés sont les trois principales raisons de cette exode.

Et la Suisse dans tout ça?

La Suisse, a une réputation "d’ordre et de facilité ". Ceci se vérifie dans de nombreux domaines, mais malheureusement pas en matière de procréation médicalement assistée (PMA). La loi sur la PMA y est assez restrictive et certaines méthodes d’aide à la procréation sont en retard, voire inexistantes. En effet, en Suisse:

  • La FIV n’est pas remboursée par l’assurance maladie;
  • La FIV est une procédure très chère ;
  • Le taux de réussite y est moins élevé que dans les autres pays, car la loi en matière de PMA (LPMA), extrêmement conservatrice, ne permet pas aux spécialistes de la fertilité de recourir à toutes les techniques actuelles ;
  • Dans d’autres pays existent des techniques très avancées qui permettent à la plupart des couples de devenir parents malgré un problème de fertilité: culture prolongée d’embryons, cryoconservation d’embryons à des stades avancés, diagnostic pré-implantatoire, don d’ovocytes.

    Heureusement, depuis septembre 2017, certaines de ces techniques sont accessibles en Suisse. Elles restent néanmoins chères et certaines d'entres elles, bien qu'autorisées, ne sont pas utilisées.

Partir à l'étranger, est-ce pour vous?

maFIV peut vous aider à répondre à cette question. Si vous souhaitez être accompagné(e)s dans ce choix et connaitre les alternatives en Suisse et à l'étranger, n'hésitez pas à nous contacter.

Suivre un traitement de FIV en Suisse est également une bonne option dans certaines cas, surtout depuis la modification de la loi. Vous informer sur les procedures proposées par les différents centres suisses vous permettra de tirer partie des meilleures techniques disponibles.